©Giropharm LES EXPANSIONS DU NOM
(dont : la proposition subordonnée relative)
©Giropharm




PLAN DE LA PAGE :

  1. Définition
  2. Reconnaître chacune des expansions du nom
  3. Un cas particulier : la proposition subordonnée relative

NAVIGATION

L'icônevous permet de retourner au sommet de la page
L'icônevous permet d'aller à l'occurrence suivante au sein d'une énumération


 
1/ DÉFINITION En haut   Les identifier

"Expansion du nom" est une fonction, comme le nom l'indique (sur le modèle : sujet du verbe, Cod du verbe, etc...) ; plus précisément, c'est une expression générique qui regroupe toutes les fonctions qui dépendent non pas d'un verbe mais d'un nom.

En effet, occupe la fonction d'expansions du nom tout mot ou groupe de mots qui précise un nom (parfois un pronom) sans l'intermédiaire d'un verbe. L'attribut du Sujet, par conséquent, bien qu'il précise un nom ou un pronom (le sujet), n'est pas une expansion du nom, car il nécessite la présence intermédiaire d'un verbe du type "être". Il existe d'autres expansions : de l'adjectif (complément de l'adjectif) ou de l'adverbe (complément de l'adverbe) par exemple.

On distingue les expansions du nom suivantes :
Fonctions faisant partie des expansions du nom Nature (classe grammaticale) des mots qui peuvent occuper ces fonctions
Exemples
gras : ce qui occupe la fonction
italique : le nom précisé
épithète (aussi appelée "épithète liée") adjectif qualificatif (ou participe passé employé comme adj. qual.) Un petit navire tanguait misérablement dans la terrible tempête.
épithète détachée (aussi appelée "adjectif apposé") adjectif qualificatif (ou participe passé employé comme adj. qual.) Inquiet, le pilote avait fait ramener toute la voilure.
apposition (aussi appelée "nom apposé") nom (GN, pronom) Le pilote, un homme d'expérience, maintenait le cap.
complément du nom nom (GN, pronom), verbe à l'infinitif, adverbe L'espoir des matelots était mince.
complément de l'antécédent proposition subordonnée relative La tempête qui s'était levée le matin-même persistait avec la même vigueur.


 
2/ RECONNAÎTRE CHACUNE DES EXPANSIONS DU NOM En haut   Prop. Sub. Relative

Aller directement à :
A. Épithète (liée)
B. Épithète détachée
C. Apposition
D. Complément du nom
E. Complément de l'antécédent

A. L'épithète (liée)Épithète détachée

  c'est un adjectif qualificatif
 
l'adjectif peut se trouver devant le nom précisé ; dans ce cas, il est placé entre le nom et son déterminant
 
Le gros ballon éclata.
 
l'adjectif peut se trouver derrière le nom précisé ; dans ce cas, il est placé immédiatement après le nom (il est "collé" au nom)
 
La fillette malade a guéri en un jour.
 
  Remarque :
 
 
- Dans certains cas, une liste d'adjectifs peut être placée devant ou derrière un nom : tous les adjectifs sont alors épithètes, y compris ceux qui ne paraissent pas être immédiatement accolés au nom (à cause de la juxtaposition et/ou de la coordination des adjectifs)
 
Les arbres verts, parfumés et riants abritèrent leurs rires ensoleillés.
 
certains adjectifs changent de sens selon qu'ils sont devant ou derrière le nom précisé.
 
Napoléon fut un grand homme, pourtant ce n'était pas un homme grand, bien au contraire !
 
  Attention :
 
  NE PAS CONFONDRE AVEC L'ATTRIBUT DU SUJET QUAND LE VERBE DE TYPE « ÊTRE» EST SOUS-ENTENDU
 
Paul est intelligent et Mélanie combative. (sous entendu : Mélanie EST combative)
 
  NE PAS CONFONDRE AVEC L'ATTRIBUT DU COD
 
Il trouve la salade acide. ("acide" ne fait pas partie du GN "la salade", comme le montre le remplacement par un pronom : "il ne la trouve pas acide.")

B. L'épithète détachéeApposition

  c'est un adjectif qualificatif.
 
l'adjectif peut se trouver placé en avant du nom précisé ; dans ce cas, il précède le déterminant et en est séparé par une virgule (une autre virgule se trouve de l'autre côté de l'adjectif)
 
... mais, fugitive, l'apparition disparut bien vite...
 
l'adjectif peut se trouver placé après le nom précisé ; il en est séparé par une virgule (une autre virgule se trouve de l'autre côté de l'adjectif).
 
Le ciel, très chargé, ne permettait pas de projeter une promenade.
 


l'adjectif épithète détachée exprime souvent une valeur circonstancielle, notamment de cause ou d'opposition.

 
Énorme, cette femme faisait preuve d'une agilité surprenante. (opposition)
L'enfant, affamé, se jeta sur la nourriture avec frénésie. (cause)

C. L'appositionCompl. du Nom

 

c'est un groupe nominal (exceptionnellement un groupe infinitif)

 
ce GN, qui représente la même chose ou le même être que le nom (ou pronom) précisé, est placé non loin de ce dernier, entre virgules.
 
Son désir, repartir au plus vite, était irrépressible. Homme toujours impatient, il ne pouvait plus attendre.
 
  Remarques :
 
 


- Rem 1 : il est courant que ne soient pas distinguées "épithète détachée" et "apposition", les deux étant désignées sous le nom générique d'"apposition".

 
- Rem 2 : les propositions subordonnées relatives explicatives, lorsqu'elles sont présentées entre virgules avec une valeur circonstancielle, sont parfois appelées relatives appositives.
 


- Rem 3 : l'apposition peut être introduite par une préposition et ne doit pas être confondue avec un complément du nom (l'apposition représente la même chose que ce qu'elle précise)

 
Le village de Lutèce est l'ancêtre de Paris.
 
- Rem 4 : l'apposition peut consister à simplement accoler deux noms (dont le second est souvent un nom propre), sans utilisation de virgules.
 
Le général Eisenhauer est un homme célèbre.

D. Le complément du nomCompl. de l'Antécédent

  ce peut être n'importe quel mot ou groupe de mots (hormis les mots-outils grammaticaux, bien sûr) SAUF les adjectifs qualificatifs.
 
La réunion de demain (adverbe) est annulée.
 
il est introduit par une préposition, souvent "de" ou "à", mais d'autres prépositions sont possibles.
 
Une maison sans volets se dressait au terme de la rue.
   
  NE PAS CONFONDRE AVEC L'APPOSITION INTRODUITE PAR UNE PRÉPOSITION : par le sens, le complément du nom ne représente pas la même chose que le nom complété
 
Distinguer : l'arche de Noé ("Noé" : complément du nom "arche") - la ville de Paris ("Paris" : apposition à "ville")

E. Le complément de l'antécédent

  c'est un cas particulier des compléments du nom : le groupe qui complète est un nom est une proposition subordonnée relative (proposition : sujet + verbe + éventuels compléments • relative : introduction par un pronom relatif)
 
Elle vit un homme dont les vêtements étaient des guenilles.
 
l'antécédent complété est, en règle générale le nom qui précède immédiatement la proposition subordonnée relative.
 
la proposition subordonnée peut très généralement être remplacée par un adjectif qualificatif (ou un complément du nom)
 
Elle vit un homme dont les vêtements étaient en guenilles.  Elle vit un homme déguenillé.

Retour au début deRetour Identifier«reconnaître les expansions»



3/ UN CAS PARTICULIER : LA PROPOSITION SUBORDONNÉE RELATIVE En haut

Aller directement à :
A. L'identifier
a. Une phrase complexe
b. Mettre en évidence la subordination
c. Le double-rôle du pronom relatif
d. Relatives déterminatives et explicatives
e. Fonction de la prop. sub. relalive
B. Des formes et valeurs particulières
a. Transformation infinitive
b. Modes autres que l'indicatif
C. Deux sortes de pronoms relatifs
a. Formes simples
b. Formes complexes
c. Le pronom «DONT»

A. L'identifierParticularités

 

a. Une phrase complexeSubordination

 
  une phrase qui contient une proposition subordonnée relative est une phrase complexe (puisqu'elle contient au moins deux verbes conjugués) - la proposition qui n'est pas la subordonnée relative est la proposition principale.
 
Il voulut entrer dans la forêt où vivait un géant légendaire.  prop. principale : il voulut entrer dans la forêt • prop. sub. relative : où vivait un géant légendaire
 

 
b. Mettre en évidence la subordinationRôle relatif

 
  rompre la subordination en faisant réapparaître les deux phrases simples à l'origine de la phrase complexe.
 
Un animal étrange qu'il n'avait jamais vu surgit devant lui.  Phrase simple 1 : Un animal étrange surgit devant lui. • Phrase simple 2 : Il n'avait jamais vu cet animal. (où "cet animal" a été substitué au pronom relatif initial)
 

 
c. Le double rôle du pronom relatifRel. détermin. ou explic.

 
  le pronom relatif joue le rôle de mot de liaison, c'est à dire de subordonnant (comme une conjonction de subordination)
 
le pronom relatif remplace le mot qui le précède ; c'est pourquoi il occupe une fonction dans la proposition subordonnée relative. Lorsqu'on fait réapparaître les deux phrases simples à l'origine de la phrase complexe, on substitue au pronom relatif le mot qu'il représente ; le pronom a dans la prop. sub. relative la même fonction que le mot qu'on lui a substitué dans la phrase simple issue de la relative.
 
Les huîtres qu'il mangea lui firent attraper une indigestion.  Phrase simple 1 : Les huîtres lui firent attraper une indigestion • Phrase simple 2 : Il mangea ces huîtres ; dans la phrase simple 2, "ces huîtres" : COD de "mangea", donc "qu’", dans la phrase simple 1 : COD de "mangea".
 

 
d. Relatives déterminatives et explicativesFonction Prop. sub. rel.

 
  une relative est dite déterminative si elle est difficilement supprimable.
 
Nous avons peur des années qui arrivent. ("nous avons peur des années" est peu correct.)
Ceux qui veulent me suivre doivent lever la main. (*"Ceux doivent lever la main" est incorrect)
 
  
Remarque :
 
 
- Dans le cas d'un pronom démontratif suivi d'une prop. sub. relative ("ce qui", "celui dont", "ceux auxquels",...), on considère parfois que la relative, qui ne peut pas être remplacée par un adjectif qualificatif, a une valeur nominale et que le relatif n'est pas un pronom (il ne remplace rien) mais qu'il s'agit d'un «relatif», constitué des deux mots initiaux ("ce qui", "celui dont", "ceux auxquels", ...). La subordonnée est appelée «relative SANS antécédent.»
 
une relative est dite explicative quand elle est aisément supprimable sans que la phrase en devienne incorrecte ; elle est souvent entre virgules dans ce cas, et a fréquemment une valeur de cause ou d'opposition
 
L'enfant, qui commençait à se fatiguer, nageait de plus en plus difficilement. (la relative exprime la cause du ralentissement de la nage de l'enfant)
 


on ne peut pas toujours dire de manière très claire qu'une relative est déterminative ou explicative.

 

 
e. Fonction de la proposition subordonnée relative

 
  elle est complément de l'antécédent, c'est à dire du nom (ou pronom) précisé.

B. Des formes et valeurs particulièresPronoms Relatifs

  a. Transformation infinitive
 
 
Nous recherchons un magasin où acheter des chaussettes. (le groupe infinitif équivaut à la proposition subordonnée relative : "où nous puissions acheter des chaussettes")
 

 
b. Prop. sub. relatives avec des verbes dont le mode n'est pas l'indicatif

 
 

le conditionnel permet d'exprimer une éventualité.

 
Je cherche un endroit où il me serait possible de travailler.
 
le subjonctif permet d'exprimer un but.
 
Donnez-moi un outil qui me serve d'arme.

C. Deux sortes de pronoms relatifs

 

a. Les pronoms relatifs de forme simple : "qui", "que", "dont", "où" (il faut ajouter "quoi", moins employé) Pronoms complexes

 
  leur emploi crée parfois des ambiguïtés, qui oblige à recourir aux formes complexes.
 
J'ai rencontré le père de la voisine, à qui j'ai confié mes chats l'été dernier.  les chats ont-ils été confiés au père ou à la voisine ?  "J'ai rencontré le père de la voisine, auquel j'ai confié mes chats l'été dernier." est sans ambiguïté.
 
en dehors de "où" (et de "quoi"), ils remplacent des êtres animés.
 

 
b. Les pronoms relatifs de forme complexe, appelés ainsi parce qu'ils semblent constitués d'une sorte de déterminant suivi de "quel": "lequel", "laquelle", "lesquels", "auquel", "auxquels", "duquel", "desquels", etc. "Dont"

 
  leur emploi évite souvent les ambiguïtés propres aux pronoms relatifs simples, puisqu'ils comportent des marques de genre et de nombre.
 
J'ai rencontré le père de la voisine, à qui j'ai confié mes chats l'été dernier.  les chats ont-ils été confiés au père ou à la voisine ?  "J'ai rencontré le père de la voisine, à laquelle j'ai confié mes chats l'été dernier." est sans ambiguïté.
 
ils s'emploient très généralement quand ils sont précédés d'une préposition.
 
L'homme pour lequel j'ai travaillé a été arrêté.
 


"duquel", "de laquelle", "desquels" : ils sont précédés par le nom qu'ils complètent lorsque celui-ci est lui-même introduit par une préposition (construction parfois difficile à maîtriser...).

 
La table, sur le plateau de laquelle le chat avait répandu le lait, n'était pas vernie. (Phrase simple 1 : "La table n'était pas vernie." • Phrase simple 2 : "Le chat avait répandu le lait sur le plateau de cette table.")
 

 
c. Le pronom "DONT".

 
  Il peut occuper les fonctions suivantes :
 
COI du verbe de la relative
 
L'homme dont je te parle a été fait prisonnier. (Phrase simple 1 : "L'homme a été fait prisonnier" • Phrase simple 2 : "Je te parle de cet homme" • "dont" est COI de "parle").
 
Complément circonstanciel (ou essentiel) de lieu du verbe de la relative
 
Le pays dont il revient est lointain. (Phrase simple 1 : "Le pays est lointain. • Phrase simple 2 : "Il revient de ce pays." • "dont" est Complément Circonstanciel de "revient")
 
Complément d'un nom inclus dans la relative. Dans ce dernier cas, il faut rappeler que le nom (inclus dans la relative) dont il est 'complément du nom' ne peut être précédé d'un adjectif possessif.
 
Le pin dont la cime est brisée va mourir. ( • Phrase simple 1 : "Le pin va bientôt mourir." • Phrase simple 2 : "La cime de ce pin est brisée." • "dont" est Complément du nom "cime")
L'homme, dont j'avais reconnu le chapeau un peu plus tôt, était bien mort. (Phrase simple 1 : "L'homme était bien mort" • Phrase simple 2 : "J'avais reconnu le chapeau de cet homme" • *"L'homme, dont j'avais reconnu son chapeau,..." est incorrect.)

Retour au début deDébut Pr. Sub. Rel.«la prop. sub. relative»

 


©MicroApplication

 

Opinion/Commentaires  Pour donner votre opinion ou faire des commentaires...


En haut   Retour au haut de la page
Sommaire Synthèse   Retour au sommaire des fiches de synthèse
Sommaire Général   Retour au SOMMAIRE GÉNÉRAL

Dernière main : 21 mai 2000